Espace réservé aux tortues

Tout sur les tortues terrestres, palustres et aquatiques
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €

 

 Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Fred 44
Membre d'Honneur
Fred 44


Masculin
Nombre de messages : 5935
Localisation : Ouest atlantique
Date d'inscription : 07/02/2006

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Empty
MessageSujet: Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ?   Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? EmptyMar 28 Oct 2008 - 22:48

Pour identifier d’une manière fiable l’espèce ou la souche d’une tortue, il faut s’appuyer sur un ensemble de caractéristiques définis comme particuliers et significatifs de l’espèce ou de la souche en question. Il faut ici le répéter : pour avoir moins de chance de se tromper, il faut prendre appui sur un ensemble de traits particuliers et non pas sur seulement quelques éléments ou pire encore sur un seul élément.

Une minorité de sujets de pure souche (mais ce qui représente quand même beaucoup d’individus) arbore des caractéristiques visuelles qui ne sont pas toutes « orthodoxes » et constitutives de la définition « classique » de leur espèce respective. Cela n’en fait pas pour autant des individus métissés ou des hydrides même si l’on sait par ailleurs que ces sujets métissés ou hybridés existent bel et bien non seulement dans les élevages amateurs mais aussi dans la nature.

Beaucoup de souches différentes sont très proches les unes des autres car issues d’une même espèce. C’est le cas, par exemple, pour les différents taxons de Greaca Graeca.

Concernant la grande famille des Hermanni, les choses sont un peu plus simples mais …

La taxonomie, qui n’est pas une science exacte et qui est en perpétuel mouvement (ce qui est bien normal en fonction de l’avancée des connaissances) définit actuellement, dans la grande famille des tortues terrestres méditerranéennes des rivages du nord de la Méditerranée (ce que certains appellent les Eurotestudo), trois « espèces » différentes : l’Hermanni, la Boettgeri et la toute nouvelle Hercegovinenis.

Le terme « espèce » est d’ailleurs très discutable et très discuté dans la mesure ou ces différentes « espèces » sont interfécondes. Mais là n’est pas le propos.

Comment donc identifier une tortue de la grande famille des Hermanni et donc de différencier entre elles une Hermanni, une Boettgeri et une Hercegovinensis. Notre collègue Buffalon a réalisé sur ce sujet un excellent travail sous la forme d’un dossier imagé que l’on peut consulter ici :

https://tortues-terrestres.forumactif.com/les-dossiers-de-tt-f79/comment-reconnaitre-une-eh-une-eb-ou-une-hybride-t21303.htm

Les critères de différenciation qu’il y expose sont justes et valables dans la très grande majorité des cas rencontrés. Mais ce judicieux travail de notre collègue ne prend pas en compte la minorité de sujets qui ne rentrent pas tout à fait dans les clous du classicisme. Or, c’est justement pour ces sujets-là que nous rencontrons le plus de difficultés.

J’ai donc imagé, sur le seul critère « trou de serrure » ou « bouchon de champagne », un certain nombre de situations pouvant prêter à confusion.

Ce « fameux » trou de serrure dessiné sur la dernière écaille vertébrale est la plupart du temps bien visible chez les Hermanni, Cf. ce cliché utilisé par Buffalon dans la présentation de son dossier, et ici souligné en rouge :

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Diapo111

Il n’est cependant pas toujours aussi marqué et le « trou » peut être assez large, Cf. l’autre cliché utilisé par Buffalon, souligné en vert :

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_227

Chez les Boettgeri on peut aussi trouver ce fameux « trou de serrure » ou « bouchon de champagne » mais le dessin est alors, le plus souvent, plus ouvert et moins marqué de par le fait des contrastes des colorations généralement plus ternes et moins marqués chez les Boettgeri que chez les Hermanni.

Cf. toujours, un cliché utilisé par Buffalon, souligné en violet :

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_228

Voici quelques autres exemples pris sur des 4 Boettgeri et 3 Hercegovinensis sauvages :

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_229

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_230

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_231

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_232

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_233

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_234

Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ? Clip_235









Alors certes, un bouchon de Champagne parfois moins « brut » que pour certaines Hermanni pur jus, pur fruit … mais bien digne d’un bon Crémant de Loire quand même !  :lol:

On constate par d’ailleurs le même phénomène concernant, par exemple, la tache jaune suboculaire. Le plus souvent, elle est bien nette et bien visible chez l’Hermanni (mais pas toujours) et moins marquée chez les Boettgeri (mais pas toujours non plus). Il n’est donc pas juste, par exemple, de dire : cette tortue n’a pas de tache jaune bien marquée sur la joue, ce n’est pas une Hermanni pure souche.

Ces deux tortues (Hermanni et Boettgeri) ont été élevées récemment au rang d’espèces distinctes par les taxonomistes … ce qui ne les empêchent pas d’être génétiquement très proches donc très interfécondes. Les métissages entre des populations captives (et même sauvages) sont donc très nombreux. Cela génère des individus présentant la plupart du temps des caractères communs à ces deux souches … mais, il existe aussi beaucoup d’animaux de souche pure pouvant présenter des caractères plutôt représentatifs de la souche cousine et donc atypiques au regard du canon défini comme classique et représentatif de leur « espèce ».

Toutes les formes de publications « grand public », que ce soit les livres ou des forums tel que le nôtre, simplifient les choses et cela est bien normal dans l’objectif d’une vulgarisation de l’information. Mais les choses du vivant sont complexes et il n’est souvent pas facile de les résumer d’une manière synthétique. Elles ne sont pas non plus toujours agencées selon la façon qui nous plairait qu’elles le fussent !  

Nos connaissances sur les tortues sont bien fragiles. Il convient donc de rester humbles et prudents. Les généralités ne sont à prendre en compte que pour ce qu’elles sont : des généralités. Elles n’en sont pas pour autant LA vérité !
Revenir en haut Aller en bas
 
Le « bouchon de Champagne », un verrou à faire sauter ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» photo hh corse
» Bouchon de champagne
» Post it bouchon de champagne
» [SONDAGE] Dans quel region élevez vous vos tortues ?
»  Ca creuse en Champagne!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Espace réservé aux tortues :: MENU GENERAL POUR TESTUDOS/EXOTIQUES :: Identification-
Sauter vers: